L'histoire / La tenue de la Pucelette

La tenue de la Pucelette

La Pucelette est coiffée d’un diadème surmonté de 3 plumes d’autruche, de 40 à 50 cm et recourbées vers l’avant.

(Fournisseur >>>>>)

Plume d'autruche
Pucelette de l'an 2000

Elle porte un manteau, avec une traine soutenue par la Pucelette de l’année précédente  (coiffée de blanc).

Pucelette de l'année 1946

La robe est en satin de couleur “bleu de Marie” , bordée de fourrure blanche avec des ajouts noirs.

L’ensemble était anciennement bordé d’hermine, de nos jours, la fourrure de lapin, s’en rapproche le plus.

La tenue de la Pucelette

Sur sa robe, la Pucelette a 3 appliques de brocard d’or et de soie :

Sur sa poitrine, un cœur percé par un glaive et garni de boutons de rose.

En dessous, une couronne à 3 fleurons.

A la hauteur de ses genoux, un grand M de la vierge Marie avec des rayons de soleil.

La jeune fille est enveloppé d’un grand voile blanc, qui sera offert à Notre-Dame de Wasmes et porté par celle-ci l’année suivante.

 

Selon les historiens, la tenue de la Pucelette était à l’origine :

Une robe blanche et une couronne d’épis de blé …

Vidéo explicative de la légende, réalisé par : patrimoinevivantwalloniebruxelles.be

L'histoire

La Pucelette de Wasmes est une petite fille de 4 à 5 ans.

Selon la légende, elle représente « la pucelle » symbole d’innocence et de pureté.

Elle est la fille que le dragon tenait captive dans sa tanière, que le Chevalier Gilles de Chin délivra.

De longue date avant la Pentecôte, c’est le curé de Wasmes qui choisit la Pucelette. Il s’agit là d’un privilège rare pour une famille.

Le lundi de la Pentecôte, elle apparaît pour la première fois, elle est bénie par le curé de Wasmes vers 16h.
Le mardi, dès 7 heures du matin, elle est sur le parcours du Tour de Wasmes où elle accueille les pèlerins portant la statue de Notre-Dame de Wasmes.

 

Le même jour vers 11 heures, entourée des autorités civiles et religieuses de la commune, elle rencontre à nouveau la Procession qui arrive au Calvaire de Wasmes et se place derrière les pèlerins portant la statue de Notre-Dame de Wasmes.

A maintes reprises, la Pucelette salue et envoie des baisers à la foule.

Pucelette 1946

Enfin, elle regagne l’église. Sur le perron, encadrée des communiants de l’année.

Elle est hissée sur une table où l’immense foule peut la voir et l’admirer. Alors, par trois fois, elle salue longuement en porte ses mains au cœur, en inclinant la tête et en envoyant ses baisers.
Elle assistera à la grand’ messe du mardi de Pentecôte.

Le jeudi aura lieu sa dernière sortie pour la messe dite « des brayoux » ou messe des bénédictions des enfants.
Sa tâche de Pucelette est terminée. L’année suivante, elle portera la traîne de la nouvelle Pucelette.

Une réponse

  1. Pourquoi ne pas en parler à l’UNESCO et en faire une tradition comme notre doudou ce serait formidable pour le tourisme?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.